Réseau informatique

Fière d’ une expérience de plusieurs années en gestion de réseau au sein d’ une université québécoise. J’ai pu accroitre mes connaissances dans différentes sphères de la télécommunication. Construire un réseau commuté et/ou aiguillé est maintenant un jeu d’enfant. L’installation d’ équipements réseau, la confection de câbles, les fibres optiques ont déjà fait partie de ma vie professionnelle. Les applications élaborer tel le multicast, gestion via le protocole snmp, vlan 802.1Q, etherchanel et chainage d’ équipements réseau font également partie du passé quand on parle des choses à découvrir et à maitriser.

Système d’ exploitation

Linux, Linux, Linux 8 ième merveille du monde… Quand on parle de Linux, la première chose qui me vient à l’ esprit c’est; qu’est-ce que je n’ai pas fait avec Linux? Je regarde derrière moi du haut de mes 17 ans d’ expérience et je vois tellement de projets professionels/personnels menés à terme et fonctionnels. Tellement de scripts écrient et améliorés. Des configurations personnelles portées en production en industrie. Dans cet article je pourrais écrire tellement d’exemples que ça n’ en serait lourd. Alors de façon générale je résumerai en quelques mots. J’ai une idée, il y a déjà un programme qui le fait, ou j’ en écris un. Depuis quelques années, j’ai changé ma mentalité égocentrique pour un effort collectif. Je préfère maintenant mettre l’ épaule à la roue et aider des projets qui me tiennent à coeur. Pour l’ instant ce qui m’ intéresse à titre personnel c’est la domotique et l’ automatisation.

 

GESTION DE SYSTÈME INFORMATIQUE

Gérer un parc de serveurs, c’est ce que je fais présentement pour une université québécoise. L’ampleur est relativement moyenne. On y retrouve des serveurs physiques et virtuels. Ma vision de la gestion et la supervision dois se faire tous seules avec un minimum d’interaction. Ce qui laisse plus de temps pour éviter à avoir à éteindre des feux.

Ainsi ma vision de la gestion se découpe en 4 grandes pointes de tarte.

Infrastructure elle-même

Qu’elle soit physique ou virtuelle, chacun y trouve son rôle. Les serveurs physiques ont encore leurs places. Ils doivent être fonctionnels avant les hyperviseurs. Pour les serveurs virtuels, ça se divise en deux. Applicative ou complète avec un système d’ exploitation.

La prise de copie de sécurité journalière et Bare Metal

Quoi dire de plus pour les copies de sécurité qu’ une bonne copie valide sur le site et une autre hors site. Pour ce faire, j’ utilise un logiciel nommé owncloud, qui me permet de placer les données sensibles en temps réel dans les bons sites. Par la suite ces copies sont sauvegardées statiquement sur place. Pour les copies de type bare metal des serveurs physique et virtuel, j’ utilise un autre logiciel nommé mondorescue. À noter que cette prise de copie se fait en temps réel sans coupure de services. Dans le cas où ça ne fonctionne pas pour les serveurs virtuels, l’ exportation en « appliance » règle le problème.

La supervision du bon fonctionnement de ces serveurs

Alors chronologiquement voici ce qui s’est passé:

Longtemps j’ ai tenté d’ utiliser un logiciel trop compliqué comme Nagios.

Une phase satisfaisante avec cacti. Excellente représentation graphique de ce qui s’est passé. Par contre aucune alerte.

Ensuite Zenos a agréablement réglé le problème. Je tiens à dire qu’ en chose qui fonctionne toute seule, Zenos en est une. Graphiquement correct et efficace il a perdue la plupart de ces points quand j’ ai voulu maitre à niveau. Cela demandait un serveur tellement puissant par rapport à la version précédente.

Par la suite je vais faire une phrase courte, il y a eu Whatsup. Puis fin de la l’expérience avec Whatsup.

Et finalement, je me concentre maintenant sur zabbix.

La configuration assistée

Dans un futur pas très loin, c’est une chose que je vais regarder. Je parle de configuration de serveur typique faite selon des paramètres standards. Ici on est dans les ligues majeures. On parle d’ automatisation de création de serveurs. Alors plus d’information à venir.

 

DOMOTIQUE

Depuis plusieurs années, j’ai tourné autour de cette sphère, jusqu’au moment ou j’ ai décidé de plonger. Pour se situer dans le temps, on remonte avant l’arrivée des enregistreurs numérique. Tous à commencer avec un petit projet basé sur une application Linux du nom de MythTV. Nous sommes loin effectivement de la domotique. Donc déjà avant la plupart des télédistributeurs j’avais mon enregistreur numérique. Je passe par la suite d’ un téléviseur à 2. Ouais… tous fonctionnent bien, mais que c’est pénible à maintenir. Malheureusement pour MythTV une nouvelle version instable a amorcé mon changement culturel. À l’aide de mon ami Google j’ai déniché un produis nommé LinuxMCE (Linux Media Center Edition). À prime à bord, ça comblait le vide au niveau de mon intérêt à maintenir toute cette nouvelle infrastructure multimédia. La courbe de la transition vers l’ autoroute de la domotique s’est prise à une vitesse assez phénoménale. Donc en quelques mots je passe de 2 téléviseurs à 4, en passant par une interface gérer par une manette de WII, puis des tablettes. Ces mêmes tablettes peuvent maintenant diffuser plusieurs sources multimédias. On ne s’arrête pas là, non, non. Le téléphone, le système d’alarme les stores dans les fenêtres, les lumières partout dans la maison toujours gérée du bout des doigts sur une tablette, un téléphone mobile. Aujourd’hui je gère tous avec mon téléphone, en autre, par une interface graphique, des tags NFC, la voix et même la simple détection de présence.

J’ai déjà entendu quelque par « la différence entre un homme et un enfant, c’est le prix de ces jouets ». Ainsi à partir de mes premiers babuciments en informatique jusqu’à mon gros jouet dans lequel j’habite dedans, une seule question se pose et la voici.

Qu’est-ce que je peux faire de plus et/ou encore mieux?